scribavita

il était une fois mon blog de généalogie

Comment un homme a passé cinq fois plus de publications de mariage que de mariages alors qu'un mariage ne nécessite que deux publications ? Pour résoudre cette équation, découvrons le parcours marital d’un homme assez particulier à la fin du XIXème siècle.

Continuer la lecture...

Un acte d’état civil ou paroissial ne permet pas simplement d’ajouter un individu à son arbre. Si les prénoms originaux que l’on y découvre nous font sourire ou nous interpellent, la lecture approfondie de l’acte de baptême de mon ancêtre au prénom (voire au patronyme) le plus original de ma généalogie, Bonaventure MARIE DIT BROHIER, et qui présentait la particularité de n'avoir ni parrain ni marraine, va nous permettre de réfléchir à son histoire.

Continuer la lecture...

Dans son article « Triple mariage à Verdigny », Elodie nous raconte comment trois frères et sœur se sont mariés à deux frère et sœur et la cousine germaine de ceux-ci. En lisant cet article, je me suis rappelé avoir rencontré également dans ma généalogie trois mariages le même jour entre membres de mêmes familles. A mon tour d’aborder le geneatheme de février et la généalogie insolite en vous donnant un aperçu d’une endogamie dont je n’ai pas fini de détricoter les fils.

Continuer la lecture...

Dans un premier article, nous avons découvert Claude Branciard, soldat qui n’avait même pas 20 ans quand il avait rédigé son testament le lendemain de la mobilisation. Célibataire et orphelin de père, il désirait que tous ses biens reviennent uniquement à sa mère. Puis nous avons suivi son parcours pendant la Première guerre mondiale et la bataille au bois d'Ailly en février 1915 qui lui fut fatale. Cet article va clôturer la narration du parcours de Claude, en révélant comment ses volontés testamentaires ont été exécutées.

Continuer la lecture...

Suite du parcours de Claude Branciard, soldat Mort pour la France qui avait pris la précaution de rédiger son testament au lendemain de la mobilisation. Nous l'avons laissé alors qu'il venait d’incorporer son régiment, en septembre 1914. Nous le retrouvons en février 1915 au Bois d'Ailly dans la Meuse.

Continuer la lecture...