scribavita

il était une fois mon blog de généalogie

Après avoir étudié le devenir des enfants ayant reçu le nom de leur mère et vu que tous avaient gardé un lien avec leur famille, intéressons-nous maintenant à ceux qui ont été nommés d’un nom inventé.
Pourra-t-on noter des différences concernant le lien conservé avec leur famille par rapport aux enfants ayant reçu le nom maternel ?

Continuer la lecture...

Suite à mon précédent article présentant les différents types de noms donnés aux enfants naturels nés de mère connue, nous allons découvrir dans un premier temps le devenir des enfants qui ont reçu le nom de leur mère. Celui-ci sera-t-il en lien avec leur mère, et sera-t-il différent de celui des enfants dont le nom a été inventé ?

Continuer la lecture...

Suite à mon précédent article présentant le contexte des mères célibataires, plus particulièrement dans le petit village d’Audes (Allier) avec ses maires d’une même famille qui se sont succédés pendant plus de 70 ans, étudions de plus près les noms qui ont été attribués aux enfants naturels.

Continuer la lecture...

Mais pourquoi mon ancêtre a-t-il été nommé LABEILLE dans son acte de naissance en 1853 et sa sœur utérine née trois ans plus tard, a-t-elle été appelée JACOB, alors qu’ils sont les enfants naturels de Jeanne SOULIER ? Certes, le premier a ensuite été abandonné, mais pas la seconde. Faut-il toutefois y voir un indice ?

Continuer la lecture...

Dans mon précédent article décrivant la théorie sur la transmission d’un nom de famille, j’expliquais que jusqu’au XIXème voire au XXème siècle, notre société patriarcale attribuait par usage à un enfant nouveau-né le nom de son père, sans qu’aucune règle officielle n’existât. Les situations des enfants naturels sans père connu étaient donc plus compliquées à gérer pour les officiers d’état civil.
Cet article va nous permettre de passer à la pratique à travers l’étude de quelques cas réels concernant des enfants naturels et la façon dont les officiers d’état civil leur ont attribué un nom de famille lors de la déclaration de leur naissance. Ces exemples ne se veulent bien sûr pas représentatifs de la réalité « moyenne », mais donneront je l’espère une image de diverses originalités dont ont fait preuve les représentants de la loi.

Continuer la lecture...