Je vous avais présenté en mai les prémices de Généalogik, un jeu de société sur la généalogie imaginé par l'association Généalogie en Corrèze, et qui avait recours au financement participatif via Ulule pour voir le jour. Les 15 000 euros nécessaires à la fabrication 100% française de ce jeu ayant finalement bien été atteints dans les temps, Robin Red Games a pu lancer la production du jeu. Les 1 000 premiers exemplaires sont donc sortis courant octobre.

Cherchant un moyen de partager ma passion de la généalogie de manière ludique avec mon entourage, j'étais très impatiente de découvrir ce jeu. Après l'article de Sophie Boudarel qui l'a testé également, je vous livre mes impressions.

Ce jeu se joue de 2 à 4 personnes, à partir de 7 ans. Il nous positionne en tant que racine de l'arbre d'une famille, et nous partons à la recherche de nos ancêtres. La progression se fait via des lancés de dés et le déplacement de son pion sur un plateau de jeu dont les cases imposent différentes actions.

Un design magnifique et des détails très soignés

Dès qu'on reçoit la boîte, on est attiré par ses illustrations, non seulement splendides mais aussi très marrantes. Le plateau de jeu, au fond d'un arbre à la fois tortueux et verdoyant, laisse la place à trois générations sur lesquels se déplaceront les pions et dont les différentes cases permettent de récupérer les actes. Les cartes d'actes représentent les photos des ancêtres à trouver avec leurs informations d'état civil, où l'humour et le réalisme se mélangent parfaitement. Ainsi se cachent derrière les cartes un peu d'histoire (l'évolution des styles des photos est très parlante, les prénoms des personnages reflètent bien leurs différentes époques de vie), un peu d'anthroponymie voire de psychogénéalogie (Gérard Boutepaille, en salopette et chemise à carreaux, est le fils de Maurice et de Léontine Chanteblé, il est né à Champy), et un peu de paléographie (il est parfois difficile de lire les dates avec précision, sans toutefois n'avoir le biais par exemple de l'abréviation des dates qui n'aurait pas eu d'intérêt pour le néophyte).

La généalogie comme en vrai

Les mini-arbres de famille sur lesquels on placera les photos des ancêtres permettent de voir comment s'agence un arbre généalogique. On perçoit la progression dans les générations au fil de ses recherches, puisqu'on les remonte au fil de la partie.
A travers les actes d'état civil qu'il faut récupérer pour retrouver ses ancêtres, on est parfaitement plongé dans la démarche du généalogiste. On (re)découvre le BA-ba de la généalogie : un individu est caractérisé par sa naissance, son mariage et son décès. On comprend que les actes de mariage sont plus avantageux que les deux autres types d'actes puisqu'il permettent de retrouver plus d'ancêtres.
Les cartes "Ouais ! Quelle chance !" et "Oh non ! La poisse !" montrent avec humour et réalisme les aléas auxquels on peut être confronté au cours de ses recherches. Les cases où l'on s'arrête et le cas échéant la possiblité de prendre l'acte de son choix permettent de reproduire la méthode de travail du généalogiste qui cherche un acte en particulier.

Des connaissances sur la généalogie

Outre la façon de procéder du généalogiste abordée précédemment, toutes les informations distillées sur les cartes, que ce soit les différents types d'actes civil, les lieux de recherches ou les sources, renvoient à ce que le généalogiste utilise régulièrement dans sa pratique.
La règle du jeu contient un petit encart sur les grandes dates de l'Etat civil. Celui qui veut aller au-delà d'un simple jeu y apprendra ainsi quelques informations essentielles.

Quelques petits bémols malgré tout, mais facilement contournables
Une règle du jeu pas toujours assez précise

La règle du jeu laisse parfois planer quelques incertitudes sur le déroulement du jeu. Si les trois façons d'atteindre le but de la partie sont explicites et intéressantes, la façon de progresser au cours du jeu pose parfois question[1]. Fort heureusement, après la première partie, on comprend aisément ce qu'il faut faire, et on peut éventuellement définir ses propres règles.

Une mécanique du jeu qui facilite un peu trop l'atteinte de l'objectif

Le déplacement des pions sur le plateau de jeu se fait à partir du lancé de dé(s), qui indique le nombre maximal autorisé de déplacements de cases. Cela laisse donc quasiment tout le choix de se déplacer où l'on veut, et on peut éviter aisément les cases qui ralentissent la progression. Ainsi, tous les joueurs peuvent finir la partie en même temps, ce qui enlève un peu de piment au jeu.
Au moins pour des parties entre adultes, définir que le lancé de dé(s) doit correspondre au nombre exact de déplacements me semble plus pertinent, car même si le hasard fait parfois râler quand on tombe sur des mauvaises cases, le jeu y gagne en tactique, en rires et en suspens, sans trop allonger la durée de la partie.

Une généalogie un peu trop limitée aux actes d'état civil

Dernier bémol pour tatillonner, car je suis probablement trop plongée dans la généalogie... On nous promettait de connaître à travers ce jeu tous les moyens pour découvrir ses ancêtres, j'avoue avoir été un petit peu déçue.
Je trouve dommage que les tables décennales soient absentes, mais il aurait sûrement été difficile d'intégrer cette démarche élémentaire du généalogiste dans le jeu sans en alourdir la mécanique.
Les lieux de recherches indiqués sont pertinents, et plusieurs pistes sur les sources sont intéressantes. Mais quelques informations incontournables et désormais facilement accessibles pour faire sa généalogie, tels que les recensements, les registres matricules et les contrats de mariage, gagneraient à figurer dans ce jeu. L'ajout de quelques cartes "Ouais ! Quelle chance !" avec ces thématiques, dans la veine de celles qui existent déjà, permettrait peut-être d'apporter des informations technico-généalogiques supplémentaires sans bouleverser le fonctionnement du jeu.
Mais je n'oublie pas qu'il s'agit avant tout d'un jeu. On découvre en s'amusant les grands principes de la généalogie, et c'est bien là l'essentiel !

Un jeu à faire découvrir pour partager sa passion de la généalogie

Je tire mon chapeau aux concepteurs de ce jeu, tant pour le fond, qui permet de découvrir de nombreux aspects de la généalogie de manière ludique, que pour la forme, qui montre que la généalogie n'est pas ringarde !
Je ne saurais donc que trop vous inviter à acheter Généalogik, pour faire partager votre passion de la généalogie à votre entourage, ou tout simplement pour en découvrir les fondamentaux de manière drôle et sympathique !


[1] Peut-on récupérer n'importe quel acte de son choix, en ayant toutes les cartes correspondantes sous les yeux, ou les pioche-t-on au hasard ? Selon les cases où l'on se trouve, peut-on récupérer l'acte de son choix ou seulement celui propre à une génération ?


Source de l'illustration :
© Scribavita

Article écrit par Chantal, le 26 octobre 2014

Article suivant Article Précédent