Comment un homme a passé cinq fois plus de publications de mariage que de mariages alors qu'un mariage ne nécessite que deux publications ? Pour résoudre cette équation, découvrons le parcours marital d’un homme assez particulier à la fin du XIXème siècle.

Malgré mon ton parfois enjoué, mon but n'est pas de me moquer ni de juger qui que ce soit, mais juste de relater une situation passée que l'on pourrait facilement retrouver de nos jours sous une autre forme.
Bien que toutes les données soient disponibles sur Internet, j’ai modifié les noms et dates afin de préserver l’anonymat de tous les protagonistes de l’affaire. Les écarts entre les dates sont toutefois conformes à la réalité, sinon l’histoire perdrait de son intérêt ! Enfin, une petite carte à la fin de l’article localise les différents lieux évoqués les uns par rapport aux autres.

Notre homme, appelons-le Roméo, naît en 1853 à A, petit village d’un département du centre de la France. Sa mère décède à l’âge de 34 ans alors que Roméo n’en a que 5, et son père meurt trois ans plus tard, à l’âge de 57 ans. Je ne sais pas qui s’est alors occupé de lui jusqu’à sa majorité, et je ne le trouve pas dans les tables des registres matricules où l'on pourrait s'attendre à le trouver.

Et une...

Le 5 mai 1882, à l’âge de 29 ans, alors que Roméo est domestique dans le village B, limitrophe de A, il établit un premier contrat de mariage avec Anne, 22 ans, fille de parents inconnus, domestique dans la « grande » ville du coin, C. Les deux publications de mariage sont bien faites à une semaine d’intervalle, mais aucun mariage n’est finalement passé. Le 27 juin, près de deux mois après la première publication, Anne accouche d’un petit garçon dans l’hôpital de C. Il est déclaré par la sage-femme comme le fils d’Anne et prend son nom ; il n’est fait aucune mention du père.

Et deux...

Le 29 septembre 1882, soit moins de quatre mois après la première publication du pseudo premier mariage, nous retrouvons Roméo pour une première publication avec une seconde femme. Roméo habite à D, commune limitrophe de B (mais à moins de 500 mètres de son précédent logement) où il est journalier. Sa future, Bérénice, a cette fois 38 ans, elle est domestique au bourg de D, ses parents sont décédés. La seconde publication est également passée la semaine suivante, mais encore une fois, aucun mariage n’est célébré !

Et trois... ou une bis...

Le temps passe, et sans doute Roméo et Anne n’avaient-ils pas complètement coupé les ponts. Nous les retrouvons en effet un an et demi plus tard, le 9 mars 1884, pour une nouvelle première publication de mariage. Roméo habite toujours B (dans un autre lieu-dit), et Anne[1] toujours dans la ville C (à une autre adresse). La seconde publication est de nouveau passée une semaine plus tard, ... et encore une fois, aucun mariage n’est célébré !

Et quatre... mais une première aussi !

Roméo, 31 ans, domestique dans le village E, passe alors ses quatrièmes publications de mariage six mois plus tard, le 21 novembre 1884. Cette fois c’est la bonne ! Roméo épouse enfin sa promise : Catherine, 55 ans, journalière à F, et dont seule la mère est encore vivante.

Le mariage dure et dure encore, jusqu’au décès de Catherine à l’âge de 78 ans, le 27 mai 1903 dans son domicile toujours situé à F. Dix-neuf ans de mariage pour Roméo, ça valait le coup de s’y reprendre à quatre fois avant de franchir le pas !

Et cinq... et un deuxième !

Mais notre Roméo, 50 ans, n’a pas perdu ses bonnes habitudes. Moins de quatre mois plus tard, il passe ses cinquièmes publications de mariage... et se marie finalement une seconde fois, le 4 octobre 1903. L’heureuse élue est Denise, 27 ans, née à Paris et demeurant à D depuis peu et auparavant dans un village limitrophe, sans profession. Denise est fille naturelle de père non dénommé et de mère sans domicile connu.

Finalement, je trouve Roméo dans le recensement de 1906 dans le village E, où il est domestique... mais sans Denise. Celle-ci habite en effet à F où elle est également domestique de ferme, en compagnie de sa fille... Cette dernière porte le nom de sa mère, et elle est indiquée comme étant née en 1902 ou 1903 (le chiffre de l’unité n’est pas très lisible) à F. Je ne trouve pas sa naissance dans les registres de cette commune que j’ai balayés sur les années 1900 à 1906, et l’enfant n’avait pas été reconnu à l’occasion du mariage entre Roméo et Denise (ce qui est logique même si Roméo était le père biologique, vu qu'il était alors marié à sa première femme, sinon à la naissance de l'enfant, au moins à sa conception).

N’ayant pas trouvé de divorce (j’ai seulement cherché jusqu’en 1912 dans la commune F où avait été passé le mariage), pendant combien de temps Roméo et Denise seront-ils restés mariés (administrativement au moins) ? Cela évitait toutefois une énième publication de mariage dont Roméo semblait être friand... A sa décharge, on peut supposer que devenir orphelin à l’âge de 8 ans n’a pas aidé Roméo à se construire. Enfin, on ne sait pas comment les protagonistes ont vécu toutes ces histoires, mais on peut supposer que cela n'a été facile pour personne.

Les lieux de vie de Roméo et de ses femmes

Carte des lieux de vie de Roméo et de ses femmes. Cliquer pour zoomer.
Source : Scribavita, carte réalisée sur QGIS avec des données Geofla®.


[1]Fait étrange à propos d’Anne : l’identité de ses parents est cette fois clairement indiquée, ils sont déjà décédés. Anne semblait toutefois bien être une enfant orpheline, puisqu’à la naissance de son fils en 1882, il est précisé qu’elle a été élève des hospices de la Seine, qui s’occupait a priori des enfants orphelins ou abandonnés.

Article écrit par Chantal, le 16 septembre 2018

Article suivant Article précédent