... les écritures anciennes

Les premiers actes que l'on peut chercher, les plus récents dans le temps, sont facilement lisibles car soit tapuscrits, soit mansucrits mais avec une graphie proche de la nôtre. Mais plus on recule dans le temps, et plus les actes deviennent difficiles à lire, la façon d'écrire ayant évolué au fil des siècles. De plus, on peut rencontrer des abréviations qui complexifient notre compréhension des mots voire qui peuvent induire en erreur.
La paléographie est d'ailleurs la science des écritures anciennes et l'art de les déchiffrer. Tout généalogiste doit donc devenir un minimum paléographe pour déchiffrer les actes qu'il consulte et qui commencent à devenir ardus dès la fin de l'Ancien Régime (fin du XVIIIème siècle).

Prenons le mot déchiffrer au sens littéral du terme, et abordons le cas d'abréviation trompeuse le plus fréquemment rencontré. Celui-ci concerne l'écriture des mois telle qu'on la voit notamment sur les tables décennales jusqu'au tout début des années 1900. Autant dire que tout généalogiste y est bien vite confronté !
Si la majorité des mois sont écrits in extenso, on peut aussi lire des "7bre", "8bre", "9bre", "10bre". Ainsi, lire une table décennale ainsi rédigée :

Noms et Prénoms Date des actes
Bonnet Pierre 25 janv 1894
Durand Jean 4 7bre 1894
Michaud Annette 12 mai 1895
Thimonier Benoîte 20 9bre 1895

peut être assez perturbant pour le novice.
Une interprétation trop rapide ferait associer le chiffre du mois à celui qu'on utilise usuellement, et, en cherchant l'acte souhaité sur le registre de l'année, on pesterait en ne le trouvant pas "à la bonne place", nous faisant tourner les pages avec énervement ou déception...
D'ailleurs, si cette interprétation pourrait être compréhensible pour 9bre et 10bre (qu'on associerait respectivement à septembre et octobre), pourquoi le suffixe -bre aurait-il été ajouté pour les mois de juillet et d'août ?
Il faut en fait lire les chiffres avec leur racine latine :

  • 7 se dit "sept", donc 7bre correspond à septembre,
  • 8 vient du grec "octo", donc 8bre correspond à octobre,
  • 9 a comme racine "nov-", donc 9bre correspond à novembre,
  • 10 se lit "déc-", donc 10bre correspond à décembre.

Mais pourquoi donc le neuvième mois de l'année est-il étymologiquement le septième, et ainsi de suite pour les trois derniers mois de l'année ?
Cela vient tout simplement de la réforme julienne initiée par Jules César en l'an 46 av. J.-C., entraînant le passage du calendrier romain au calendrier julien. Alors que depuis 153 av. J.-C., le calendrier romain commençait par le mois de mars, il fut décidé de faire commencer l'année le premier janvier (date d'élection des Consuls de Rome). Ainsi, les mois de septembre à décembre qui étaient bien les 7ème à 10ème mois de l'année, devinrent les neuvième à douzième mois, sans qu'on changeât leur nom.

Déchiffrer les actes qu'on lit, c'est s'éviter des pertes de temps et d'énergie, mais pour le faire, une petite analyse étymologique n'est pas toujours inutile !


Source :
Le calendrier julien : Wikipedia


Retrouvez tous mes billets du challenge AZ 2014.

Article écrit par Chantal, le 4 juin 2014

Article suivant Article Précédent